Plaidoyer pour Israël

Basler Zeitung

Le 28 août 2011

Editorial, Markus Somm (rédacteur en chef)

Markus Somm

Aucun pays ne subit de critiques plus intenses, aucun Etat n’est si souvent condamné qu’Israël. A raison ?

La Suisse doit-elle reconnaître un Etat de Palestine ? La Commission de Politique Extérieure du Parlement qui s’est réunie pour traiter la question n’a pas osé en venir à une décision, préférant se cacher derrière des phrases vides de sens.

La commission espère probablement secrètement que c’est le Conseil Fédéral qui se chargera de prendre cette décision qui, quel que soit son contenu, fâchera les uns et soulagera les autres. La question ne laisse de toute façon personne indifférent. Aussi près d’une élection, personne ne va prendre le risque de s’exposer. Israël est un détonateur.

Mais même si les politiciens, comme toujours, se tâtent, la Suisse devra montrer de quel côté elle est lorsque l’Assemblée Générale de l’ONU se réunira en septembre à New York. Si tout se passe selon le plan, le président palestinien, Mahmoud Abbas, déclarera alors un Etat indépendant- en ayant l’assurance de gagner les voix d’une majorité de membres de l’ONU. En connaissance de cause. Quiconque observe attentivement le comportement des majorités à l’ONU peut deviner que les Palestiniens ont toutes les chances d’obtenir une large bienveillance. Israël est seul. Pour contrer une reconnaissance de la Palestine, Israël ne peut compter que sur le presque assuré veto américain. L’Allemagne ne laissera pas non plus tomber l’Etat Juif. Mais tous les autres Etat occidentaux ne sont pas sûrs de leur camp, sans parler du reste du monde .

Israël seul. Après que les Juifs ont été persécutés pendant près de deux mille ans, beaucoup d’Israéliens devraient pouvoir passer outre cette isolation, ils ont déjà enduré pire que ça. Mais pouvons nous, nous les Suisses, rester en retrait quand Israël se retrouve encore une fois discrédité et montré du doigt ? Si nous nous en tenions aux maximes de la politique extérieure suisse, tout serait simple : nous sommes neutres. Depuis quand reconnaissons-nous des pays qui ne sont selon tout apparence pas indépendants ? La Cisjordanie est encore occupée par Israël et le pays n’a trouvé pour l’instant aucun moyen de s’arranger avec ce dernier. Tout accord de paix reste un vœu pieux. Particulièrement en ce qui concerne la politique internationale, qui s’est retrouvée récemment inutilement compliquée, cela aide de rester simple. Ces questions ne doivent pas être traités selon des critères esthétiques- du genre  j’aime ou je n’aime pas ce pays – mais formels : ce pays peut-il défendre sa souveraineté lorsque c’est nécessaire ? Qui est le maître dans la maison ? Nous devons être réaliste, pas seulement faire comme si nous l’étions.

Les malheureux Tibétains

Le Tibet est occupé par la Chine depuis des décennies- ce qui, d’après la loi internationale, est certainement injustifié. Il n’est pourtant jamais venu à l’idée de la Suisse d’accepter une autonomie du Tibet. En 2004, une pétition en ce sens fut envoyée au Département des Affaires Etrangères. Voilà quelle fut sa réponse : « Le DFAE ne présentera à l’ONU aucune résolution sur une autodétermination des Tibétains, puisque la Suisse, comme la plupart des pays de la communauté internationale, considère que le Tibet, en tant que région autonome avec rang de province, fait partie intégrante de la République de Chine. Une telle résolution constituerait une ingérence dans les affaires internes d’un autre Etat ».

Par le passé, la Suisse a reconnu des Etats lorsque la réalité ne lui laissait pas d’autre choix. Aujourd’hui, il se trouve de plus en plus de gens qui pensent que nous devrions diriger notre politique extérieure de façon normative, que nous devrions faire quelque chose pour former la réalité en fonction de nos désirs. Ce n’est pas ce qui existe qui nous motive, mais ce qui devrait ou pourrait exister.

Je pense qu’il est erroné d’agir de cette façon, parce qu’un Etat qui se comporte ainsi a vite fait de se rendre ridicule s’il se jette à lui-même des déclamations grandioses qui s’évaporent dans la réalité du monde comme de l’eau bouillante. Ce petit pays qu’est la Suisse ne sera jamais capable de résoudre le conflit au Proche-Orient. Une reconnaissance d’un Etat palestinien en ce moment est une absurdité. Il était de la même façon inutile de déclarer la souveraineté du Kosovo alors que toute personne sensée savait très bien que cette entité était loin d’être un Etat. Pourquoi devons-nous faire semblant d’agir ? Cela est contreproductif, cela nuit à Israël, cela n’aide les Palestiniens en aucune façon.

Mais l’absurdité tient du système. Lorsqu’il s’agit d’Israël, de nombreuses personnes en Occident font montrent d’une passion remarquable : lors de ces dernières semaines, l’on a pu voir dans la NZZ une grosse et coûteuse annonce : « Il faut reconnaître la Palestine! ». Une action initiée par l’Association Suisse-Palestine, qui du reste est présidée par le chroniqueur de la Basler Zeitung Daniel Vischer, une organisation qui présente depuis des années une ligne anti-israélienne très dure. L’appel est paraphé par les noms de nombreux Suisses qui croient sans doute qu’on peut de cette façon promouvoir la paix au Proche-Orient. Qui peut douter de leur bonne foi ? Pourquoi, cependant, sont-ils si préoccupés par Israël ?

Israël est un pays occidental talentueux et démocratique qui a beaucoup d’égards ressemble à la Suisse- à la différence importante que jusqu’à ce jour une bonne partie de ses voisins voudrait le rejeter dans la Méditerranée. Ce pays que les Juifs ont rétabli après deux mille ans de diaspora et ont transformé en un jardin verdoyant est critiqué plus que tout autre pays au monde. Aucun pays n’est plus souvent soumis au traitement du Conseil des Droits de l’Homme à Genève, aucun autre pays n’est aussi régulièrement condamné dans les forums internationaux que l’Etat juif. Libyens et Cubains se recommandent, eux, comme experts en matière de Droits de l’Homme. Si un petit homme de la planète Mars venait sur terre, il aurait l’impression qu’aucun Etat ne met plus l’humanité en danger qu’Israël.

Le malheur de l’occupation

Certainement qu’on peut critiquer Israël : l’occupation de la Cisjordanie dure depuis trop longtemps et a eu pour effet, comme cela a été observé dans des situations similaires, d’avoir changé les occupants. On sait que des abus ont été commis ; bien sûr cela est injuste et tragique. Aucune armée n’agit de façon tout à fait propre lorsqu’une force d’occupation impopulaire doit diriger des populations étrangères durant une si longue période. Cela affecte inévitablement le caractère de l’un ou l’autre soldat. Et, à vrai dire, est-ce vraiment sagesse de la part des Israéliens de construire des implantations dans les territoires occupés ? On pourrait imaginer de manières plus appropriées de rétablir la confiance.

Mais, finalement, Israël a-t-il d’autres alternatives ? Dans l’espoir de favoriser la paix, il a libéré Gaza. Depuis lors, les bombes tirées depuis Gaza pleuvent sur Israël. Reconnaître la Palestine ? Aussi longtemps que de puissantes organisations telles que le Hamas veulent détruire les Israéliens, il peut paraître risqué d’aller dans le sens de ces auto-déclarés meurtriers de masse. Même pour nous, les Suisses, il nous en coûterait, alors même que nous sommes en faveur du système universel de compromis. Nous avons abandonné la Valtelline après le congrès de Vienne pour ne pas être emmenés dans des guerres perpétuelles avec l’Italie.

Quoique l’on reproche à Israël : cela manque habituellement d’équité. Pourquoi les critiques d’Israël ne se montrent-ils pas aussi intensément outrés à propos des éclatantes injustices au Zimbabwe ? Pourquoi ne réagissent-ils pas lorsque les Russes se déchaînent en Tchétchénie, d’une manière avec laquelle Israël n’a pas réagi depuis 1967 ? Le fait qu’ils jugent Israël avec une si extrême et excessive dureté rend leur critique difficile à soutenir- et suspecte. La Suisse ne devrait en aucun cas reconnaître la Palestine.

(Traduit de l’allemand par l’Ambassade d’Israël à Berne)

http://bazonline.ch/news/standard/Ein-Plaedoyer-fuer-Israel/story/25746283



Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s